UNE LARME

 

 

 

 

 

 

Cette larme qui descend,
Seule au milieu de ta joue,
Viens te tenir compagnie,
Dans ta dure petite vie.

Illusoire camarade,
D’existence bien éphémère,
Dans seulement quelques secondes,
Elle aura quitté ce monde.

Tu lui as offert la vie,
Petite larme innocente,
Pour que loin de toi ce soir,
Elle emmène ton désespoir.

Elle part rejoindre ses amies,
Qui l’attendaient avec amour,
Te laisse triste, à l’abandon,
Une fois tombée de ton menton.

Arrivée dans l’océan,
Toutes ensemble elles nagent,
Et leurs chagrins vite oubliés,
Deviennent ainsi joie et gaité.

Cette larme te manque déjà,
Elle qui était si douce.
Celle qui a su tout à l’heure,
Soulager un peu ton cœur.

On dit que chaque larme tombée,
Renaît un jour à tes yeux,
Au meilleur moment de ta vie,
Et lui donne un goût de paradis.

Cette larme est comme toi,
Petite et jolie à la fois,
Mais j’ai beau boire autant que je peux,
Rien ne remplacera tes jolis yeux.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site