LA BELLE DE MAI

 

LA BELLE DE MAI (3ème Arrondissement)

 

 


 

 

 

 

 

 

 

La Belle de Mai est un quartier de Marseille situé dans le 3e arrondissement.

 

Description

 


Le centre du quartier est la place Bernard Cadenat qui a été rénovée en 2005. Sur cette place sont regroupés les principaux commerces de proximité du quartier tels que la boulangerie, le supermarché, le coiffeur ainsi que les services publics et privés comme les cabinets médicaux, l'école primaire publique et l'école primaire privée, la crèche, le collège privé et le collège public, etc.
 

La principale rue commerçante du quartier n'est autre que la rue de la Belle de Mai, qui regroupe bon nombre d'autres commerces et services similaires à ceux situés sur la place centrale. Chaque année se déroule la fête de la Belle de Mai, au cours de laquelle les commerçants exposent leurs produits dans la rue tels des forains sur fond de musique et de spectacles.
Le quartier est limitrophe au 14e arrondissement et tout près de Plombières et de l'entrée de l'autoroute Nord, le quartier est aussi tout proche de la gare Saint-Charles et de la Faculté de Provence.

 

Histoire

  

Origines


L'étymologie du nom est controversée. Une version assez charmante


dit qu'une enfant était élue “Belle de Mai” et installée sur une estrade au printemps lors de la fête des roses. Mais il ne semble pas que cela soit une tradition historique. Une autre version veut qu'au XVIIIe siècle, une vigne poussant sur le terrain de Plombières ait porté le nom de Bèla de Mai (Traduction: Belle-de-Plus ou Belle-d'avantage en Provençal ) car elle était une vigne tardive, c'est-à-dire quelle donnait du raisin jusqu'en décembre.
Un Chemin de la Belle de Mai allait d'ailleurs de Plombières jusqu'à la Porte d'Aix en passant par le Cimetière Saint Charles (l'actuel Faculté Saint Charles) et par la rue Belle de Mai.
L'emplacement du quartier a aussi porté le nom de Saint Charles, nom de la montagne au flanc du quel il est bati.

XIXe siècle


Lieu de villégiature des notables marseillais au début du XIXe siècle, la Belle de Mai fit sa réputation l'été par ses vergers, ses guinguettes et ses bals populaires.
Sa proximité au port de la Joliette construit au début du XIXe, incite bientôt les dockers à y installer leur écuries. Puis, s'installent les usines de raffinement de sucre (Les Sucres Saint-Charles, vers 1930) et d'allumettes (les usines chimiques étaient cantonnées à l'extérieur des villes), une gare de marchandise s'ajoute à l'ensemble.
En 1868, sur l'emplacement de l'ancienne raffinerie de sucre est inaugurée la Manufacture de tabacs, construite d’après les plans de Désiré Michel.
Le quartier devient au cours du XIXe siècle un quartier presque exclusivement ouvrier. Il est peuplé en 1900 majoritairement par des Italiens fuyant la misère et le chômage en Toscane et se regroupant par familles. La langue parlée et partagée par tous était alors le provençal.
Victimes du racisme des autochtones, les ritals sont alors victimes de ratonades dans les rues de Marseille.
Le quartier est au premier rang des luttes syndicales et socialistes. Le communard Clovis Hugues, maire de la Belle de Mai, devient en 1881 le premier député ouvrier socialiste au parlement.

XXe siècle

 


 

 
Cour intérieure du CICRP

Durant l'occupation, elle devient un haut lieu de la résistance communiste.
Dans les années 1960, la manufacture est l'une des plus importantes de France, mais cette période d’apogée est suivie d’un long déclin qui conduisit la direction à fermer l’usine au début des années 1990 et à transférer la production à Vitrolles.
L’histoire de la manufacture prend fin et celle de la friche industrielle commence.
En 1994, la Ville de Marseille achète la partie de la manufacture datant du XIXe siècle, pour la transformer en un pôle patrimonial : à côté des Archives s’installent entre autres le CICRP (Centre interrégional de conservation et restauration du patrimoine) et le Fonds communal.

XXIe siècle


Depuis peu, dans le cadre du projet Euroméditerranée, à côté des Archives municipales de la ville et donc dans les locaux de l'ancienne Manufacture des tabacs, a été créé un studio de cinéma et de télévision dans lequel sont tournés les épisodes du feuilleton de France 3, « Plus belle la vie ». C'est dans ces studios que se trouve la chaine marseillaise LCM dont le président n'est autre que Jean-Pierre Foucault. C'est dans ce pôle cinématographique qu'a été créé le film « Le manège enchanté » en images de synthèse.
La Friche est en passe de s'agrandir avec de nouvelles salles de spectacles, c'est un pôle culturel très important qui voit passer bon nombre d'artistes étrangers ou amateurs.

Déclin et renouveau


La Belle de Mai était encore, dans les années 1990, un quartier populaire et ouvrier avec une forte proportion de personnes âgées, animé à la manière d'un village. La population vieillissante et la détérioration des immeubles et locaux ont amené à une crise économique pour les commerces du quartier. Un bon nombre ont fermé : la rue Belle de Mai a vu perdre beaucoup de commerces autrefois très prisés comme le petit supermarché, la laverie, la pâtisserie - chocolaterie, le magasin de jeux vidéo et le magasin de jouets. La fête du quartier a alors elle aussi perdu de son prestige et de son charme. Ce n'est que depuis 2004 et la rénovation de la manufacture en Pôle culturel et la reconstruction totale de la place que le quartier a recommencé à reprendre «du poil de la bête». En effet de nombreux commerces ont rouvert leurs portes et d'autres se sont étendus, aujourd'hui de nombreux immeubles délabrés font place à de grands complexes immobiliers de standing et le prix au mètre carré dans le quartier est en augmentation.

Démographie

 

 


 

Population de La Belle de Mai

 


année

1982

1990

1999

2006

population

13 243

11 881

12 190

13 913

Nombre retenu à partir de 1962 : Population sans doubles comptes

Surtout populaire, l'identité de la Belle de Mai s'est construite sur l'apport culturel issu des vagues progressives de populations immigrées: italienne, polonaise ou espagnole, elle est aujourd'hui principalement d'origine algérienne et comorienne

Anecdotes


  • Ce quartier a inspiré une des chansons de l'artiste Renaud qui a donné son nom à l'album À la Belle de Mai

  • Le magasin de jouets situé dans la rue commerçante est devenu pendant un cours laps de temps le siège de Bernard Tapie.

  • Le chanteur Stanislas Renoult en a fait une chanson La belle de Mai sur son album Équilibre instable sorti en 2007.

  • Ce quartier est le lieu d'un livre de Jean Contrucci : Double Crime dans la rue Bleue.

Personnalités liées au quartier


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×