L'HÔTEL DE VILLE

 

L'HÔTEL DE VILLE (2ème Arrondissement)

 

 

 


 

 

 

 

 

 

Hôtel de ville de Marseille

{{{légende}}}

Présentation

Type

Hôtel de ville

Architecte

Gaspard Puget et J.B. Meloans.

Date de construction

1653 - 1673

Protection

Logo monument classe.svg classé MH par arrêté du 30 avril 1948

Géographie

Latitude
Longitude

43° 17′ 47″ Nord
       5° 22′ 12″ Est
/ 43.296359, 5.369884
 

Pays

Drapeau : France France

Région

Provence-Alpes-Côte d'Azur

Subdivision administrative

Blason departement Bouches-du-Rhone.svg

Bouches-du-Rhône (13)

Localité

Blason ville fr Marseille (Bouches-du-Rhône).svgMarseille (2e)


L’hôtel de ville de Marseille, situé quai du port dans le 2ème arrondissement, est un immeuble du XVIIe siècle.

Ce site est desservi par la ligne 1 du métro de Marseille : Vieux-Port - Hôtel de Ville.

 

 

 


 

                                  

Historique


L’édifice de dimension modeste date de 1653. Sur proposition du premier consul, Gaspard de Villages, le conseil municipal décide, le 6 septembre 1653, de construire un nouvel hôtel de ville. La commission chargée des travaux fut d’avis de construire le nouveau bâtiment sur l’emplacement de l’ancien. L’évêque, Étienne de Puget bénit la première pierre le 25 octobre 1653.

Jean-Baptiste Méolans, aidé de l’ingénieur Enéas Bilondelle, est chargé de la réalisation des plans. Mais le manque de financement et les troubles de l’année 1660 avec l’occupation de la ville par les troupes de Louis XIV, empêchent l’œuvre de dépasser le stade des fondations.

En 1666, Gaspard Puget, frère de Pierre Puget, reprend le projet. Les sculpteurs François et Mathieu Pourtal (ou Portal), Martinet, Levaquery et Martin Grosfils travaillent aux ornements de la façade. Pierre Puget ne réalise en 1673 que l’écusson placé au-dessus de la porte principale. L’écusson original se trouve actuellement au musée des Beaux-Arts tandis qu’une copie a été placée sur la façade. L’hôtel de ville fut effectivement occupé fin septembre 1673, soit près de 20 ans après la pose de la première pierre.

Pendant la Révolution, lorsque Marseille était appelée en janvier/février 1794 ville sans nom, l’hôtel de ville, soupçonné d’avoir été le repaire des fédéralistes, échappa de justesse à la démolition.

En 1914, l’architecte Clastrier changea les toitures d’ardoise à la Mansart, ce qui modifia l’aspect général. Ces anciennes toitures sont bien visibles sur les gravures ou tableaux du XVIIIe siècle.L’hôtel de ville est un des rares bâtiments à avoir survécu à la destruction du quartier sous l’occupation allemande en 1943.

En 1996, un projet d'extension du bâtiment est lancé qui comprend aussi l'aménagement des abords du bâtiment. Le concours est remporté par l'architecte Franck Hammoutène en 1999 et les travaux s'achèvent en 2006. Sont ainsi aménagés 8 300 m2 d'espaces à l'intérieur du bâtiment comprenant notamment une nouvelle salle de délibération de la municipalité, des salles de commissions et un espace muséal. Au dessus de ces nouvelles salles, un nouvel espace public est entièrement réaménagé sur 20 000 m2 entre le Vieux Port et l'hôtel-dieu créant la plus vaste esplanade de la ville.

 

Description


 


 
Hôtel de ville, galerie d'accés au Ier étage

Cet hôtel de ville présente une singularité toute particulière : il ne possède pas d’escalier d’accès du rez-de-chaussée au 1er étage. En effet, pour accéder au 1er étage, il faut passer par l’immeuble situé derrière l’hôtel de ville, les deux bâtiments étant reliés par un pont. L'ouvrage originel, en bois, fut remplacé par une galerie en pierre, œuvre remarquable de l’architecte Esprit-Joseph Brun qui réalisa ce chef d’œuvre de la taille de pierre de 1782 à 1786. Cette particularité s’explique par la réservation exclusive du rez-de-chaussée à la « loge » des marchands. C’est pour cela que la rue séparant les deux bâtiments s’appelle rue de la loge.

Cet édifice occupe une place particulière dans l’art provençal baroque à cause de son inspiration génoise comme l’a montré Jean-Jacques Gloton . La façade principale comporte deux ailes symétriques surmontées de frontons triangulaires, au premier étage un vaste balcon soutenu par des colonnes et des pilastres couronnés d’acanthes. Les fenêtres du premier étage sont surmontées de frontons curvilignes et triangulaires. Au rez-de-chaussée se trouve la porte principale encadrée de fenêtres surmontées de cartouches au cadre compliqué. Ce bâtiment forme un ensemble harmonieux qui ne mérite pas la sévère appréciation formulée par le préfet Christophe de Villeneuve-Bargemon dans la Statistique des Bouches-du-Rhône : « Cet édifice est lourd, on n’en peut louer ni le style, ni la sculpture. ».

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×